• AGENDA
    Aout '20
    LuMaMeJeVeSaDiLuMaMeJeVeSaDiLuMaMeJeVeSaDiLuMaMeJeVeSaDiLuMaMeJeVeSaDiLuMaMeJeVeSaDi
    272829303112345678910111213141516171819202122232425262728293031123456
  • AGENDA
    Septembre '20
    LuMaMeJeVeSaDiLuMaMeJeVeSaDiLuMaMeJeVeSaDiLuMaMeJeVeSaDiLuMaMeJeVeSaDiLuMaMeJeVeSaDi
    311234567891011121314151617181920212223242526272829301234567891011
  • AGENDA
    Octobre '20
    LuMaMeJeVeSaDiLuMaMeJeVeSaDiLuMaMeJeVeSaDiLuMaMeJeVeSaDiLuMaMeJeVeSaDiLuMaMeJeVeSaDi
    2829301234567891011121314151617181920212223242526272829303112345678
  • AGENDA
    Novembre '20
    LuMaMeJeVeSaDiLuMaMeJeVeSaDiLuMaMeJeVeSaDiLuMaMeJeVeSaDiLuMaMeJeVeSaDiLuMaMeJeVeSaDi
    262728293031123456789101112131415161718192021222324252627282930123456
  • AGENDA
    Decembre '20
    LuMaMeJeVeSaDiLuMaMeJeVeSaDiLuMaMeJeVeSaDiLuMaMeJeVeSaDiLuMaMeJeVeSaDiLuMaMeJeVeSaDi
    301234567891011121314151617181920212223242526272829303112345678910
  • AGENDA
    Janvier '21
    LuMaMeJeVeSaDiLuMaMeJeVeSaDiLuMaMeJeVeSaDiLuMaMeJeVeSaDiLuMaMeJeVeSaDiLuMaMeJeVeSaDi
    28293031123456789101112131415161718192021222324252627282930311234567
La démarche communautaire en santé

 

Selon l'Observatoire International des Pratiques (1) coordonné par le Sepsac et auquel l'asbl Les Pissenlits a participé, l'action communautaire en santé repose sur une conception globale et positive de la santé, telle qu’elle est définie dans la charte d’Ottawa : un équilibre complexe et dynamique entre des facteurs biologiques, psychologiques, culturels, économiques, sociaux, spirituels et environnementaux. Cette stratégie vise le changement social et contribue à développer le droit à la santé pour tous. Elle se caractérise par une base collective et un processus participatif entre tous les acteurs concernés (habitants, professionnels, politiques, etc.).

La démarche communautaire s'étant développée dans d'autres champs que celui de la santé, le terme "démarche communautaire en santé" a été préféré à celui de "santé communautaire".

 

D’où vient-elle ?

« Dans les années 30, aux Etats-Unis, l'Ecole de Chicago composée essentiellement de sociologues développait, dans les quartiers populaires, des projets d’organisation communautaire basés sur la participation des habitants ; ils partaient d’une critique des théories psychosociologiques en vogue à l’époque, qui avaient tendance à psychologiser les comportements délinquants.

En Amérique latine, dans les années 60, le développement communautaire tente de favoriser l’intégration des groupes marginaux aux processus de modernisation. Au même moment, un pédagogue brésilien, Paulo Freire, développe le concept d’ « éducation populaire » fondé sur une articulation entre éducation, le développement de l’identité, et l’organisation de groupes populaires en acteurs sociaux. L’action collective vise ici à transformer les structures sociales qui affectent la vie quotidienne de ces populations. Ces idées sont portées par un fort courant d’opinions et de pratiques. Paulo Freire reste une référence dans de nombreux milieux.

En Europe, le monde anglo-saxon est précurseur. Dès le XIXème siècle, de jeunes universitaires s’installent dans les quartiers pauvres pour instruire les gens et, découvrant leurs conditions de vie, en cherchent les causes pour les modifier. Ensuite, après le seconde guerre mondiale, des projets communautaires canalisent les initiatives privées en vue de susciter des réponses rapides aux problèmes économiques et sociaux de l’après-guerre, les pouvoirs publics n’étant que plus tardivement impliqués dans ces dynamiques.

Plus tard, dans les années 60, des projets de développement communautaire voient le jour dans plusieurs pays européens ; ils se nourrissent des expériences menées par les mouvements sociaux ouvriers qui ont précédé et aussi des mouvements culturels autogestionnaires issus du monde intellectuel. Ces expériences visent bien souvent à renverser les rapports de forces et à restituer aux citoyens une part de pouvoir sur différents aspects de leur vie.

Ce qui réunit ces différents courants, c’est le projet de développer des réponses collectives à des problématiques collectives, d’agir sur les causes des problèmes, de favoriser une prise de contrôle par chacun de la chose publique et de sa vie privée. Leurs perspectives visent à provoquer et à soutenir un changement social. » (2).

 

Les repères de la demarche :

La démarche communautaire en santé est caractérisée par 8 repères interdépendants et complémentaires, proposés par le Secrétariat européen des pratiques de santé communautaire :

1. Avoir une approche globale et positive de la santé (prise en compte des dimensions sociale, économique, environnementale et culturelle)

2. Agir sur les déterminants de la santé

3. Travailler en intersectorialité 

4. Concerner une communauté (ensemble de personnes présentant un sentiment d’appartenance commun)

5. Favoriser l’implication de toutes les parties prenantes dans une démarche de co-construction et d’implication de tou.tes les acteurs.trices dans tout le processus (diagnostic, prise d’initiative, décision, évaluation)

6. Favoriser un contexte de partage des pouvoirs et savoirs

7. Valoriser et mutualiser les ressources de la communauté

8. Avoir une démarche de planification élaborée à partir d’une approche des besoins, de leur priorisation, des stratégies les plus adaptées, et accompagné d’une évaluation continue et participative.


La demarche communautaire aux Pissenlits

La démarche communautaire constitue véritablement le fil rouge et la cohérence de notre Projet. Elle nous permet d’aller :

  •           de l’individuel au structurel ;
  •           du local au global ;
  •           de la prise en compte des spécificités identitaires des individus à la co-construction d’un savoir et d’une action communautaire ;
  •          d’un travail de terrain ancré sur le territoire de Cureghem auprès des citoyen.nes, à un travail de transfert des besoins - outils co-construits – processus, jusqu’à une diffusion de la démarche communautaire et un travail de plaidoyer qui contribuent pleinement au dispositif mis en place en Promotion de la santé.

L’ensemble des Activités du Projet s’étendent ainsi de l’accueil de l’individu, avec prise en compte de ses spécificités, jusqu’au plaidoyer et à l’action globale pour des changements structurels avec en toile de fond l’essentiel de la démarche communautaire : l’empowerment individuel et collectif et ceci, via une méthodologie de travail alliant la co-construction, la mutualisation des ressources et le renforcement des compétences psycho-sociales, dans une dynamique collective.

Dans une démarche communautaire, cette dynamique collective prend en compte le rythme et la capacité d’implication de chacun.e à un moment donné, pour une évolution progressive vers une redistribution du partage des savoirs et du pouvoir dans la gestion de son bien-être. Le lien circulaire entre les quatre Actions permet, en ce sens, aux publics les plus précaires de s’impliquer à différents niveaux et de différentes manières dans les activités, pour acquérir les ressources et compétences psycho-sociales nécessaires à la gestion individuelle, collective et communautaire de leur bien-être.

La mise en œuvre de cette démarche communautaire comprend également une attention permanente dans la collecte des besoins identifiés par toutes les parties prenantes du territoire et au-delà (citoyen.nes du quartier, professionnel.les intersectoriel.les, services publics locaux mais aussi régionaux et au-delà) pour un diagnostic continu, mis en regard avec une évaluation permanente, négociée et partagée avec l’ensemble de la communauté (toutes les parties prenantes). Cette dernière, réalisée sous une forme toujours adaptée aux compétences des acteur.trices, permet non seulement de travailler les compétences des citoyen.nes et de contribuer à renforcer l’empowerment, mais aussi d’adapter les Activités pour une bonne adéquation à chaque moment T en fonction de l’évolution des parties prenantes/du contexte/des effets déjà produits/etc.

Ainsi, les thématiques abordées, qui répondent aux besoins identifiés par toutes les parties prenantes, consistent en points d’ancrage pour créer une communauté via une méthodologie de travail et aboutir à des actions co-construites par l’ensemble de ces parties prenantes (avec un accent mis sur les Citoyen.nes qui constituent le public in fine du Projet mis en place). Notre démarche ne s’appuie pas sur une/des communauté(s) pré-existante(s) au Projet pour construire une réponse adéquate aux dites communautés, - si ce n’est en considérant que le territoire sur lequel nous mettons en œuvre notre programme est un facteur qui fait communauté -, mais s’appuie sur la co-existance d’une multitude d’appartenances communautaires (identités, comportements culturels, etc.). Réunir des personnes autour d’activités thématiques permet alors de construire un élément additionnel à l’appartenance territoriale, renforçant les dynamiques collectives et la communauté territoriale. Dans le même sens, la pertinence de la diversité d’activités du Projet en réponse aux besoins identifiés, se trouve dans cet aspect circulaire et systémique permettant de « boucler la boucle ».

 


(1) « Action communautaire en santé : un observatoire international des pratiques. 2004-2008, Belgique-France-Espagne, Secrétariat Européen des Pratiques de Santé Communautaire (SEPSAC), Novembre 2009, p. 19

(2) « Action communautaire en santé : un observatoire international des pratiques. 2004-2008, Belgique-France-Espagne, Secrétariat Européen des Pratiques de Santé Communautaire (SEPSAC), Novembre 2009, p. 11

 

 

 

Actualités



 
Mémorandum 2019 des Fédérations bruxelloise et wallonne de promotion de la santé
06-05-2019

  Téléchargez le mémorandum ici Les Fédérations bruxellois...
Lire plus
Les Pissenlits ASBL
Chaussée de Mons 192
1070 Bruxelles
Tel > 0032 (0)2 521 77 28
Mobile > 0032 (0)479 24 22 79
Courriel > asbl@lespissenlits.be
Plan du site
Copyright > Les Pissenlits ASBL 2010/2011
Webdesign > www.webc.be